Lorsqu'on force la nature à s'adapter à des contraintes humaines, on a l'impression que la nature peut être industrialisée par des méthodes artificelles. A ce moment-là, la nature devient provisoire, éphémère, elle est condamnée.