Daniel Dezeuze a réalisé « Triangulation rehaussée de brun » en 1975. Bois de placage et brou de noix. Cette oeuvre ponctue le vide et elle le structure par le rythme.
      On peut trouver dans l’œuvre de Daniel Dezeuze, qu’il existe une relation intéressante avec le taoïsme. Autrement dit elle relie une culture du ‘‘vide’’, considéré par certains comme ‘‘rien’’. En réalité ce ‘‘rien’’ peut-être la base et le fondement de choses à venir. Le vide n'est pas, comme on peut le supposer quelque chose d'inexistant, mais un élément dynamique et agissant. Daniel Dezeuze a réalisé son travail avec du bois de placage "fragile" et du brou de noix, il nous donne à voir une forme similaire au châssis. Il représente le vide au delà à ces "châssis"? Mon travail propose une sorte "d'envers" à l'oeuvre de Daniel Dezeuze à savoir que les vides deviennent des formes pleines où la couleur est un espace de liberté pour celuiqui regarde. Pour cela j'utilise les couleurs "fades" qui suggèrent le temps. Elles sont peintes sur des supports en papier de riz qui définissent des champs colorés, les formes seront suspendues en une installation dans l’espace réel telles des "ombres projetées" du vide qui font face à l'oeuvre de Daniel Dezeuze.
      Le vide est un état de l'esprit.